04 novembre 2015

Ford Fiesta ST 2016: performance abordable

Ford Fiesta ST 2016: performance abordable

La petite rebelle turbocompressée de Ford fait beaucoup parler d’elle depuis sa sortie l'an dernier.

Avec raison.

Lorsque le constructeur américain nous annonça l’arrivée d’une version plus compacte, légère et abordable de l’époustouflante Focus ST, nous, les chroniqueurs automobiles, avions tous instantanément hâte d’y prendre le volant.

Et c’est exactement ce que j’ai eu le privilège de faire. Je vous confirme tout de suite qu’il y a fortes raisons de s’énerver : la Fiesta ST est superbe!

Un son coriace

La première chose qu’on remarque une fois derrière le volant d’une Fiesta ST est le son d’induction qui résonne dans l’habitacle. Parfois, on se demande même si le système d’entrée d’air passe sous les sièges. Chose certaine, ce petit microbe aux prétentions sportives se fait décidément entendre.

C’est le système « Sound Symposer » qui se trouve à amplifier le son du moteur. Contrairement au système controversé de BMW, qui simule un son mécanique par l’entremise des haut-parleurs de la voiture, le système de Ford amplifie réellement les décibels par ce qui essentiellement un énorme tube situé dans le compartiment moteur. Ce qu'on entend, c'est le moteur quatre cylindres turbocompressé (EcoBoost) de 1,6 litres qui développe beaucoup trop de puissance pour une voiture de cette taille – 197 ch et 202 lb/pi de couple.

Imaginez deux minutes à quoi ça peut ressembler derrière le volant.

C’est le couple qui fait réelle impression. Peu importe le nombre de passagers assis à l’intérieur ou à quel rapport  de vitesse elle se trouve, cette microvoiture n’a pas trop de difficulté à se déplacer.  La Fiesta ST n’accélère pas, elle vole!

Comme celui de sa grande sœur, la Focus ST, le moteur de la Fiesta est muni d’un tout petit turbocompresseur qui lui permet de rapidement livrer sa poussée à bas régime, de sorte que la plage de puissance soit constante et linéaire tout au long du tachymètre, sans l'explosion soudaine de couple normalement attribuable aux moteurs suralimentés.

Surtout, un vent de fraîcheur pour un moteur turbo : celui-ci aime beaucoup révolutionner.

Le groupe motopropulseur est même doté d’une fonction « overboost » qui augmente la pression de la turbine jusqu’à 21 psi (normalement à 18,9) lorsqu’on enfonce l’accélérateur entre 2,500 et 4,000 tours/min. Cela permet au petit moteur de développer le maximum de sa puissance lorsqu’on en a réellement besoin.

Le tout est contrôlé par un embrayage léger, des pédales bien positionnées et une boîte manuelle à six rapports TRÈS agréable à manipuler ce qui rend l’expérience de conduite d’autant plus divertissante. On n'a qu’à désactiver le système anti patinage pour faire fondre une couche de gomme des Bridgestone Potenza en première et en deuxième, sans ressentir trop d’effet de couple dans le volant.

Ford déclare une accélération de 0 à 100 km/h en 6,7 secondes.

Pas de suspension arrière indépendante

Contrairement à la Focus, qui est munie d’une suspension arrière indépendante, la Fiesta tente de faire de son mieux avec un système à longeron de torsion. Pour la ST, celui-ci fut complètement repensé; on remarque entre autres une suspension plus ferme, un châssis renforci, des barres antiroulis surdimensionnées et des pneus plus larges.

Ce qui en résulte est un comportement routier plutôt animé. On a qu’à entrer trop vite dans un virage prononcé et on se retrouve rapidement sur trois roues.

Et ça, je vous le confirme, c’est très amusant!

Il y’a une réelle sensation de plaisir dans la façon dont la Fiesta se comporte. Tandis que la Focus offre une expérience de conduite plus mature et contrôlée, la Fiesta est une véritable fanfare sur quatre roues. Durant mon essai en circuit, jamais je me suis demandé si je la poussais trop fort. Oui, l’arrière bouge constamment, mais l’avant demeure bien planté au sol et l’effet de roulis est laissé au minimum, permettant au conducteur d’aborder des virages prononcés à vive allure en toute confiance. En situation de sous-virage, on à qu’à jouer un peu avec l’accélérateur, l’arrière se lève et voilà, on retrouve rapidement notre ligne de course.

Je ne m’attendais vraiment pas à avoir autant de plaisir au volant d’une Fiesta.

Au niveau des freins, on les sent prêts à affronter les situations les plus salées lorsqu’on appuie sur la pédale. Ils mordent avec rigueur et jamais je n’ai ressenti de signe de fatigue.  La direction, quant à elle, répond rapidement aux commandes du volant, mais demeure plutôt vague dans sa sensation; elle ne transmet tout simplement pas ce que les roues avant sont en train de faire, phénomène courant chez les systèmes d’assistance de direction électrique.

Par sa suspension rabaissée, la Fiesta ST demeure une voiture rigide en conduite de tous les jours, mais pas au point de se pulvériser la colonne.  On ressent tout de même les rebonds sur les surfaces abîmées, chose courante sur les routes du Québec. Cela dit, malgré sa suspension sport, la ST conserve tout de même les vertus de la Fiesta comme voiture facilement utilisable en conduite de tous les jours.

Des bancs inspirés des voitures de course

La Fiesta ST vient équipée avec une paire de bancs sport de marque Recaro.  Je dois avouer qu’ils sont de toute beauté; probablement les plus beaux bancs sport que j’ai vus dans une voiture de série.  Très enveloppants et offrant tout le support nécessaire pour la conduite sportive, ils contribuent énormément au plaisir de conduite de la voiture.

À l’envers de la médaille toutefois, les bancs de la ST sont aussi une de ses plus grandes faiblesses.

C’est en situation de tous les jours qu’ils peuvent devenir fatigants. Durant mon essai, j’ai eu la chance de prendre la route et je vous assure qu’après plus d’une heure au volant, on se tanne des Recaro. On ne peut tout simplement pas bouger lorsqu’on est assis dedans.

Comprenez que sur le circuit, j’étais plus qu’heureux de les avoir, mais en conduite normale, je m’excuse, ils sont beaucoup trop intenses.

Presque parfaite

Sans aucun doute, la Fiesta ST est une voiture sport aux multiples talents. Croyez l’engouement, elle est époustouflante à conduire et facile à apprivoiser.

Mais elle n’est pas parfaite.

Il y’a un petit problème avec son apparence.

Je ne veux pas dire que la Fiesta est laide, loin de là. Elle est une des sous-compactes les plus attrayantes sur le marché, surtout pour une voiture de cette gamme.

Mais il est là le problème avec la ST : elle n’est plus vraiment une voiture abordable. Certes, la Fiesta ST vous procure plus de performance pour votre argent que n’importe quel autre véhicule sur le marché, mais elle coûte tout de même $27,049.

Pour une Fiesta.

Le problème repose plutôt sur le fait que dans cette gamme de prix, la ST aurait dû être un peu plus extrême, plus distinguée. Bien que sa suspension soit rabaissée, ses étriers peints en rouge et son aileron arrière allongé, elle ressemble toujours à une voiture bon marché et ne se distingue pas assez du modèle de base.

Néanmoins, il ne va pas sans dire que pour $27,049, avec toute cette performance, la Fiesta ST demeure toute une aubaine.

Mon deuxième et seul autre reproche avec la Fiesta repose sur l’ergonomie de son habitacle. Des commandes simples telles qu’activer les essuie-glaces ou déverrouiller les portières ne sont pas ce qu’on pourrait qualifier comme intuitives. Depuis quand doit-on pousser le levier vers le haut pour activer les essuie-glaces? Pourquoi les commandes de verrouillage des portières ne sont pas sur les portières elles-mêmes? Comment allume-t-on les phares antibrouillard? Pourquoi deux boutons pour le dégivrage? Etc, etc.

D’accord, une fois qu’on a compris les commandes, elles fonctionnent à merveille, mais Ford devrait sérieusement repenser leur emplacement.

Surpasse-t-elle la Focus ST?

Ces jours-ci, Ford nous livre les voitures que nous demandons et cela fait sans aucun doute sourire les passionnés de voitures.

En réalité, la Fiesta ST est si excellente, que plusieurs se demandent pourquoi Ford continue de vendre une Focus ST; que la grande sœur est devenue obsolète depuis l’arrivée de la petite Fiesta, celle qui reprend les qualités de la grande et les enveloppes dans une coquille plus compacte, amusante et abordable.

Ne vous en faites pas, la Fiesta ST n’éclipse pas la Focus ST.

La Focus est une voiture beaucoup plus compétente sur tous les plans. Son moteur est plus puissant, ses limites d’adhérence sont beaucoup plus élevées et son habitacle est plus spacieux, chose dont la Fiesta ne peut se venter.

En revanche, le coup de grâce de la Fiesta ST repose sur son rapport performance/prix. Rien sur le marché n’offre autant de performance dans ce créneau. Effectivement, le cocktail  pratique, abordable, facile à conduire dans la vie de tous les jours et les performances de voiture sport qu’offre la Fiesta ST, fait d’elle toute une aubaine de performance.  Sans oublier qu’elle est extrêmement divertissante à conduire.

Autres Articles

Tous les articles >
Plus de détails
Mazda CX-3 2016 : l’agrément de conduite avant tout
25 mai 2016
Mazda CX-3 2016 : l’agrément de conduite avant tout
Lire la suite >
Plus de détails
Buick Verano 2016 : le luxe abordable
25 mai 2016
Buick Verano 2016 : le luxe abordable
Lire la suite >
Plus de détails
Fiat 500X 2016 : digne d’une véritable Italienne
06 mars 2016
Fiat 500X 2016 : digne d’une véritable Italienne
Lire la suite >